DISCAS: l'intégration
Les archives de DISCAS
L'intégration

Ce texte est un extrait théorique provenant de notre projet Intégra-TIC


La logique de l'intégration

L'intégration constitue l'essence et la finalité du présent projet. Intégration des apprentissages scolaires, intégration d'habiletés reliées aux TIC, intégration de préoccupations sociales. Le terme d'intégration, qui est de plus en plus présent dans le paysage pédagogique et qui est l'idée maîtresse du présent projet, souffre d'être compris de façon fort différente par bien des pédagogues.. Il est donc utile de faire ici un développement particulier sur ce concept fondamental, qui structure l'ensemble du projet.

Intégrer est différent de juxtaposer, de rapprocher , de réunir ou de fusionner. Dans un plat cuisiné, par exemple, aliments, ingrédients, constituants alimentaires, principes diététiques, techniques de cuisson se retrouvent tous présents de façon différente, même s'ils ne sont pas tous visibles. Si le plat est réussi, c'est que ces composantes ont été organisées harmonieusement à plusieurs niveaux.

Toute intégration repose sur trois axes:

Le respect de l'intégrité des composantes

Intégrer, c'est d'abord inclure des composantes, qui demeurent respectées et qui conservent leur identité propre dans le processus d'intégration. Les divers objets d'apprentissage doivent donc demeurer présents, différenciés et respectés: l'intégration doit respecter l'intégrité des composantes. Dans le projet qui nous occupe, les composantes sont de trois ordres:

On ne respecterait pas les composantes, par exemple, si les projets réalisés dans ce cours n'avaient qu'un vague rapport avec les programmes d'études ou si l'on se satisfaisait que les élèves fassent des projets-prétextes, en ne sachant pas exactement quels objectifs sont visés, en ne s'assurant pas que le contenu et la démarche des programmes sont respectés et en se consolant du fait qu'ils "ont été très motivés et qu'ils ont sûrement appris quelque chose". On ferait une erreur du même type si, quand il s'agit d'apprentissages technologiques, on se satisfaisait que l'élève se débrouille avec un logiciel, sans s'assurer qu'il en utilise efficacement les fonctionnalités ou même qu'il s'agit du logiciel le mieux adapté à la tâche à accomplir. De même, un "travail de recherche" qui se satisferait d'avoir accumulé de l'information sans l'avoir traitée, organisée, référencée selon des normes précises ne pourrait prétendre avoir véritablement intégré des habiletés de recherche documentaire.

La contribution à un fonctionnement d'ensemble

Intégrer, c'est ensuite transcender les composantes et les mettre au service d'un ensemble plus vaste, plus complexe et plus performant qui leur donne un sens. Cet ensemble plus vaste, c'est, bien entendu, un projet.

Dans un tel cours, l'apprentissage d'un logiciel n'a pas de sens en soi: il n'a de sens que s'il sert, avec d'autres outils, à réaliser quelque chose de significatif et de pertinent. Mais pour cela, le logiciel doit être maîtrisé. Même un apprentissage disciplinaire (comme ceux que l'on fait en mathématique ou en histoire, par exemple) n'a pas de sens en soi dans un tel cours: ils n'a de sens que s'il sert à réaliser un projet plus vaste. Mais pour cela, l'apprentissage de mathématique ou d'histoire doit être accompli. La capacité de "surfer" sur le Web ou de repérer de la documentation dans une bibliothèque n'a pas de sens en soi tant qu'on n'a pas de raison de rechercher de l'information et donc de savoir laquelle est pertinente. Et le simple fait d'avoir un travail de recherche à faire ne suffit pas: en effet, pourquoi faire ce travail de recherche? Mais une fois la réponse trouvée (la volonté de réaliser un projet précis), il faudra bien savoir se servir efficacement des index et des moteurs de recherche.

C'est donc le projet qui donne du sens à tous ces apprentissages parce que ces derniers, au lieu d'être effectués pour eux-mêmes, deviennent des contributions à un ensemble plus vaste. Un tout est intégré si ses parties font plus qu'être présentes mais si en outre elles contribuent au fonctionnement du tout. Un tas de sable n'est pas intégré, même s'il rassemble tous les grains de sable, parce que les grains de sable n'interagissent pas; ils sont juxtaposés, ils font nombre, c'est tout. Un tas de sable n'a pas de sens. Un organisme vivant est intégré parce que ses diverses composantes ont chacune un rôle particulier à jouer dans le fonctionnement d'ensemble.

Cette logique d'intégration prévaut aussi à des niveaux supérieurs. Un projet individuel peut être lui-même une partie d'un projet plus vaste et prendre donc plus de sens à cause de cette intégration. Un projet individuel peut aussi faire partie d'un projet collectif, y contribuer et ainsi y trouver plus de sens.

Dans le cadre de ce cours, l'élève réalisera de nombreux projets. Mais si ces projets sont simplement juxtaposés (une fois l'un terminé, on l'oublie et on passe au suivant), le cours ne sera pas intégré. De même, si deux élèves réalisent côte à côte des projets, ils ne réaliseront pas un projet d'équipe pour autant.

Il importe donc que ce cours soit, pour l'élève, un ensemble cohérent de projets, un grand projet composé de projets. Et que les projets individuels des élèves s'inscrivent dans des projets collectifs qui les intégreront véritablement.

Le processus évolutif

La structure d'ensemble (c'est-à-dire le projet qui donne un sens) se met en place graduellement; elle n'apparaît pas dès qu'on réunit des composantes. On en a une idée, une représentation au départ, tout comme le bâtisseur dispose du plan de son édifice. Mais, tout comme une maison n'est pas construite du seul fait que l'architecte en a tracé les plans, un projet n'intègre pas des apprentissages du seul fait d'avoir été conçu. C'est sur le chantier que s'accomplit l'intégration. L'intégration est un processus, pas un résultat. À cet égard, il ne suffit pas qu'il y ait mouvement pour qu'il y ait intégration. Des apprentissages peuvent être répétés, juxtaposés, voire accumulés; ils ne deviennent intégrés que dans la mesure où ils progressent de façon dynamique vers un but. Il en est de même du présent projet.

Cette progression va dans deux sens: